Une journée type d’une prothésiste ongulaire

Vous êtes nombreuses à être intéressées par le métier de prothésiste ongulaire, mais avant de vous lancer dans une formation, connaissez-vous vraiment toutes les facettes de ce job ? Nous avons suivi Anne, mère de 2 enfants en bas âge, qui a ouvert sa boutique d’ongle en région parisienne il y a 2 ans, pour vous présenter sa journée de travail. Comme tous les entrepreneurs, Anne a une journée assez chargée.

manucure
Voici son témoignage :

Pourquoi avez-vous choisi de devenir prothésiste ongulaire ?

A l’origine, j’étais secrétaire de direction. J’ai travaillé dans ce milieu pendant presque 10 ans, mais je n’étais pas épanouie car le côté créatif me manquait. J’ai toujours aimé faire des dessins et peindre mais aussi prendre soin de moi-même. Déjà toute petite, avec mes copines, on se vernissait les ongles à tour de rôle et se faisait des belles coiffure. Je suis devenue secrétaire un peu par accident de parcours.

Après avoir eu mes 2 enfants, je ne voulais plus être salariée et ne pas être libre de mes horaires. Je me suis alors renseignée au Pôle Emploi sur une reconversion possible et je suis tombée par hasard sur une fiche de prothésiste ongulaire. Ce fût la révélation : un métier « artistique » et de soin de la personne, mais surtout porteur et qui permet d’ouvrir sa boite après quelques semaines de formation. Je me suis alors lancée. J’ai fait une formation dans un grand centre spécialisée à Paris, un stage de 2 mois, un travail de salarié de 6 mois et puis je me suis sentie prête à créer ma boutique.

Décrivez-nous une journée type

maman

Il n’y a pas vraiment une journée type dans le sens où je ne vois pas les mêmes clients tous les jours et chaque client est unique. En tous les cas, en semaine, je me lève à 6h30 et prépare mes enfants. Je les dépose vers 8h chez la nounou, qui habite entre mon appartement et ma boutique, c’est assez pratique. La nounou emmène ma grande fille à l’école à 8h30.

J’arrive dans ma boutique vers 8h30. En fait, je n’ouvre qu’à 10h mais je dois arriver tôt pour tout préparer et faire le ménage. Pour le moment je n’emploie qu’une salarié qui arrive un peu avant l’ouverture de la maison et reste jusque 19h, l’heure de fermeture.

J’aime avoir le temps le matin, avant l’arrivée des clientes, pour tout préparer. Pour commencer, je vérifie le stock des produits et passent les commandes sur Internet. Ils sont livrés dans la journée ou le lendemain en général. Je vérifie tout le matériel et stérilise tout, même si nous le faisons à chaque fin de séance avant de traiter une nouvelle cliente. Tout doit être propre pour éviter des maladies des ongles (voir notre article sur le sujet). Ensuite je nettoie tout du sol au plafond. Ma boutique n’est pas très grande donc cela va vite, mais je veux qu’elle ait une image de qualité dont la propreté en fait partie.

Je prépare les serviettes et les blouses pour moi et ma salarié. Tout doit être impécable et bien repassé.

Vers 10h, les premières clientes arrivent. Ce sont souvent des femmes d’un certain âge qui ne travaillent pas et qui veulent avoir de beaux ongles pour aller faire du shopping et se promener avec leurs copines. Ce type de clientèle est très bavarde et a toujours des choses à raconter. Ca tombe bien, j’adore leurs histoires et je passe de bons moments à les écouter.

Vers 11h-11h30, ce sont les femmes qui travaillent dans les bureaux qui viennent pour une manucure rapide. Souvent, elles ont pris rendez-vous et tout doit aller vite pour qu’elles aient le temps d’aller déjeuner et de retourner au travail à l’heure. Ces femmes n’aiment pas beaucoup discuter. Elles sont souvent fixées sur leur portable dès qu’elles ont une main libre. Cela s’enchaine jusque vers 14h, quand tout le monde est reparti à son travail. Là, ma salarié et moi pouvons enfin prendre une pause pour déjeuner. Nous mangeons tous les jours sur le pouce car les clientes arrivent à toute heure. Tant mieux pour mon business même si je sais que ce n’est pas bon pour la santé.

Dans l’après midi, nous avons quelques clientes de tous types et parfois des hommes, de plus en plus d’ailleurs.

Vers 17h, ce sont de nouveaux les femmes des bureaux qui arrivent pour un soin, avant de rentrer chez elle.

Enfin, je ferme vers 19h, quand les dernières clientes sont parties. Je pars de ma boutique un peu comme une voleuse, car ma journée n’est pas terminée. Je rejoins mes enfants et mon mari chez nous. C’est lui qui va les chercher chez la nounou le soir. Généralement, quand je rentre vers 19h30, le repas est déjà préparé. J’ai la chance d’avoir un homme qui aime faire la cuisine. Nous passons alors à table tous ensemble, où je décompresse en discutant avec mes chéris.

Ma boutique est aussi ouverte le samedi mais je ferme plus tôt pour pouvoir passer plus de temps avec mes enfants. Pour le moment, je ne gagne pas assez pour travailler moins, mais j’espère dans quelques mois pouvoir embaucher une autre personne qui pourra me remplacer un peu plus.

Retour vers la page principale